Définition des puissances: active, apparente et réactive






La puissance active P est la puissance utile : c'est celle qui produit un travail utile suivant la fonction de l'appareil électrique. Elle se calcule en faisait U*I*cos(phi) en régime sinusoïdal,U étant la tension, I étant le courant (tous les 2 en valeurs efficaces) et phi est le déphasage entre tension et courant. C'est celle que l'on consomme réellement, ce qu'un wattmètre mesure en watts et c'est ce qu'on paye en tant que particulier grâce au compteur de la maison.

P=U.I.cos φ

P = Puissance actve (W)
U = Tension (V)
I = Intensité (A)
φ = déphasage (°)

La puissance apparente S est celle qui est appelée par l'appareil sur le réseau. Elle se calcule en faisant U*I en valeurs efficaces et s'exprime en Voltampères (VA), attention ce ne sont pas des watts ! Comme son nom le laisse supposer, elle n'est qu'apparente car c'est ce que semble consommer l'appareil vu de l'extérieur. 

  S=U.I

S = Puissance apparente (VA) (homogène à des Watts)
U = Tension (V)
I = Intensité (A)

Puissance réactive Q n'est en moyenne pas consommée par le système et elle s'exprime enVoltampères réactifs (VAR). Elle se calcule en faisait U*I*sin(phi) en régime sinusoïdal. Elle sert à magnétiser des bobinages par exemple. Elle fait transiter un courant supplémentaire bien réel dont il faut tenir compte dans le dimensionnement des installations électriques.

 Q=U.I.sin φ

Q = Puissance réactive (VAR) (Volt-Ampère Réactif)
U = Tension (V)
I = Intensité (A)
φ = déphasage (°)

Toutes ces puissances sont finalement reliées par cette égalité :

   S²=P²+Q² 


  
CONCLUSION
La puissance réactive est plus abstraite que la puissance active, mais le fait qu'elle puisse être compensée peut offrir un voie d'économie d'énergie et donc d'une baisse de la facture d'électricité. 


 
Top